Dragon Ball: Le retour d’un phénomène ?

Classé dans : Jeux-Vidéo, Séries/Cinéma | 0

dragon_ball_super_logo

Bien qu’étant profondément ancré dans la culture populaire, Dragon Ball est resté plutot discret durant la dernière décennie. (Sûrement à cause de la naissance de Dragon Ball GT, qui atterrit dans l’orphelinat des suites de trop aux cotés de Matrix et de tous les films Transformers)

Mais depuis la sortie des derniers Films, et la reprise de Dragon Ball Super venu tourner la page DBGT, (Merci.) la licence japonaise semble avoir reconquis une partie de son public.

Mais le secret de ce retour, c’est avant tout une campagne aussi bien huilée que les moteurs de C18. Annonces prématurées, « fuites » d’éléments scénaristiques ou de nouveaux Super Saiyen, le retour de la franchise c’est fait peu discret. Et malgrès quelques critiques sur la qualité de l’animation dans les premiers épisodes, la nouvelle série est, sans grande surprise, un nouveau succès. Avec une audience d’environ 7% de Part de Marché au Japon, et une omniprésence sur les sites de streaming illégaux (Que nous utilisons uniquement pour nos « recherches », bien évidemment photo) Dragon Ball Super suit la lignée de Dragon Ball Z et remplace, sans trop de difficulté, GT en tant que suite officielle de la série.

 

  • Dragon Ball Z: Dokkan Battle – Test et Avis personnel

Mais il n’y a pas que sur le petit écran que Dragon Ball s’est fait remarquer ! Le manga a également été « adapté » en jeu mobile dénommé « Dokkan Battle » et malgré une certaine appréhension de ma part pour cette plateforme, j’ai été agréablement surpris ! Première chose qui saute aux yeux: la qualité graphique. Certes, c’est un jeu 2D, mais il retranscrit parfaitement l’univers de Dragon Ball. Enfin, cela n’est valable que pour les éléments mobiles (personnages, objets…) le décor est quant à lui plutôt vide et très pixelisé, surtout pour un jeu de plateau. Bon, pour le système de combat par 1v1 Candy Crush, on repassera plus tard… Mais ce qui est réellement intéressant, c’est qu’ils aient réussi à créer un jeu disposant d’une excellente durée de vie grace à son système de quêtes scénarisées, sans pour autant rendre l’achat d’éléments supplémentaires obligatoires ni même nécessaires ! Vous pouvez progresser dans le jeu et obtenir de nouveaux personnages de façon assez facile, la seule limite à votre avancée étant une barre de stamina (Endurance) qui est pour le coup plutôt bien réglée. Les systèmes d’amélioration de personnages et de quête avec un « ami » (que vous ne choisissez qu’a moitié) sont eux aussi bons sur le papier, mais l’aspect Co-op sous développé, et le déséquilibre de certains personnages viennent noircir le tableau.

Le jeu mérite donc amplement un 14/20, pour son concept et son environnement intéressant, mais son gameplay en partie à revoir !

Dommage que le jeu n’aie pas été un mélange de la partie gestion et collection de Dokkan avec la partie combat des Budokai, soit un final proche d’Injustice (mobile). La note aurait très clairement été au dessus de 9000. (ou 8000 pour les Jean-VF)

Événement – Paris Games Week 2016

Classé dans : Annonces, Jeux-Vidéo | 0

pgw

Comme chaque année depuis 2010, le Parc des expositions de Paris Porte de Versailles accueillera la Paris Games Week !

En tant que 1er salon en France, et 3e salon mondial dans le thème du Jeu-Vidéo, la PGW n’est plus vraiment à présenter. En revanche, ceux qui se doivent d’être présentés, ce sont les jeux qu’il nous sera possible de découvrir ou redécouvrir, lors de l’évènement. Voici donc comme à notre habitude, une sélection de jeux à ne pas rater si vous décidez de vous y aventurer entre le 27 et le 31 octobre !
colof

Bien que victime d’un effet de mode négatif, le dernier né de la série d’Activision n’est pas à jeter pour autant ! Si le FPS le plus vendu de tous les temps n’a pas fait le bon pari concernant l’époque, contrairement à son concurrent Battlefield 1 (Voir notre test), le gameplay ne semble quant a lui pas dénué d’innovation, avec par exemple un système d’affrontements entre vaisseaux que nous avons pu apercevoir brièvement lors de la sortie du trailer. En revanche, les combats terrestres semblent être assez banals, voir très similaires aux précédents opus. Infinite Warfare dispose également d’un autre avantage non négligeable: une édition remasterisée de Modern Warfare 1. Bien que cela peine à justifier les 80€ demandés, il est tout de même appréciable de redécouvrir un des épisodes les plus populaires sous un nouveau jour. Mais comme on ne cesse de le répéter: Le seul moyen de savoir c’est de tester ! (Du moins dans le domaines du jeu-vidéo hein !)

washdog

Après un premier jeu salué pour son innovation de gameplay mais critiqué pour ses nombreux downgrades graphiques, le GTA-like connecté d’Ubisoft revient avec un deuxième opus début Novembre. Le jeu ne se déroulera pas à Chicago mais à San Francisco, où l’on retrouvera un nouveau personnage principal, accompagné de son équipe de hackers. La grande nouveauté présentée dans les trailers est un Quartier Général, qui vous permettra de gérer divers aspect de vos missions et objectifs, de vous changer (pour passer incognito ou tout simplement vous mettre au goût du jour) tout en ajoutant un coté vivant au déroulement du jeu, en proposant un lieu commun à toute l’équipe. Watch Dogs 2 reprend les mécaniques de jeu du premier, tout en rafraîchissant une interface qui était assez vide et fade. Mais notre gros coup de coeur se porte sur les séquences en drone, qui apportent un gameplay inédit, en vous permettant de controler des appareils terrestres et aeriens. Le jeu est annoncé pour le 15 Novembre, mais vous aurez bien évidemment la possibilité de mettre la main dessus l’espace d’un instant lors de la PGW !

dishonored

Annoncé à l’E3 2015, Dishonored 2 pointe enfin le bout de son nez ! Avec une date de sortie prévue pour le 11 Novembre, la suite du jeu à l’univers steampunk sombre produit par Bethesda et développé par les Français de chez Arkane promet d’envoyer du lourd ! Présenté dans un style toujours aussi prononcé, le jeu promet un gameplay innovant avec 1001 façons d’assassiner vos cibles tout en gardant certains éléments clés du précédent opus. Vous avez cette fois ci la possibilité d’incarner le personnage principal du premier jeu avec, certes, un petit coup de vieux en plus (15ans rien que ça !), ou de vous tourner vers Emily Kaldwin, la petite nouvelle qui à su se faire remarquer dans le trailer lancé lors de l’E3 2016. N’ayant pas personnellement pu tester Dishonored 1, il me tarde de découvrir le 2 ! Mais pour ça, il faudra patienter jusqu’au 27 octobre !


Et comme à chaque édition de la PGW depuis 2013, nous serons bien évidemment présent pour vous tenir au courant des dernières exclusivités en matière de Jeux-vidéo ! On se souvient d’ailleurs particulièrement de l’édition 2014, où nous avions pu vous faire de nombreux titres, et parfois en découvrir nous même comme par exemple avec Pokémon Rubis Oméga/Saphir Alpha ou Bayonetta 2 ! On ne s’appelait pas encore RedHornet, mais l’idée était là !

 

Mention spéciale pour l’accreditation attribuée à « Internet », il faut avouer que niveau perspicacité j’étais très bon à l’époque. Mais bon on était content !

Tellement contents qu’on arrivait plus à écrire d’ailleurs.

 

Snapchat change de vaisseau mère

Classé dans : Techno | 0

snap

Prenant exemple sur Google et sa société mère Alphabet, Snapchat a annoncé ce matin se rattacher à « Snap Inc. »

L’entreprise, proposant depuis peu à des annonceurs de promouvoir leurs produits entre certaines Stories, a également décidé de conquérir un nouveau marché, celui de la vente physique. C’est donc peu de temps après avoir annoncé leur changement sociétal que Snapchat (ou Snap, on commence à s’y perdre) a dévoilé son premier produit hardware: Les « Spectacles » à savoir des lunettes capable de capturer des vidéos d’environ 10 secondes. Ces lunettes seraient connectées à votre smartphone, et pourraient vous permettre de partager certains moment de votre journée (ou soirée pour la plupart) dans votre story, sans avoir à quitter l’instant présent.

Tout comme les Google Glasses, cette idée ne réjouit pas l’intégralité des internautes, craignant encore une fois que ce nouvel accessoire nuise à la vie privée de certains, de par sa « discretion » et la facilité avec laquelle on pourrait se retrouver, sans en être conscient, dans les publications d’utilisateurs.

Personnellement, je ne pense pas que cet appareil changera quoi que ce soit du point de vu de la vie privée. Le problème que certains semblent dénoncer est dors et déjà présent et relève plus d’une évolution sociale que d’un accesoire aussi discret que deux reflex vissés sur une monture. De plus, la société jaune s’est déjà penché sur la question, et à opté pour des led indiquant lorsque de l’enregistrement est actif, tout comme celles des webcam, nous évitant tout incident après un séjour sur certains sites douteux.

Venons en à la question qui fâche: « Sur combien d’années vais-je devoir m’endetter pour filmer mon repas du midi ? »

Ces lunettes seront proposées à un prix de 130$, et en « édition limitée ». Car il faut le reconnaitre, si ces lunettes ne sont pas produites instantanément à plein régime, c’est que les réactions sont tout de même mitigées. Snap se sert donc de l’argument limité pour tester la portée de son produit, afin de mieux en optimiser la vente. Bien qu’un peu fourbe, il s’agit là d’une très belle technique marketing de la part de la nouvelle corporation.



Malgrès tout, Snap semble réagir avec humour à certains de ses détracteurs: 
ctgmbpmwyaar_tn ctgmbpqwgaaclvu

Battlefield 1: l’histoire d’une bêta. 

Classé dans : Jeux-Vidéo | 0


La bêta de BF1 à été un réel succès, elle a amené plus de 13,2 millions de joueurs à se battre sur le front de la Première Guerre mondiale sûrement attirés par une sorte de « retour aux sources » après la défaillance d’Electronic Arts que fut Battlefield Hardline (qui, en tant que Battlefield de transition est un peu creux) et par une mécanique de jeu plus à l’ancienne dans le style de BF3. Malgré 13 millions de joueurs conquis, nous faisons sûrement partie des quelques irréductibles pour qui tout n’est pas rose dans cette bêta.

Mais commençons par ce qui nous a plu !

Tout d’abord, ce qui est le plus frappant c’est la qualité graphique, l’optimisation et la destruction du terrain, qui sont encore plus poussés que dans les précédents opus, créant donc une immersion totale en jeu, l’immersion météorologique est elle aussi intéressante mais parfois trop présente, empêchant une réelle progression des snipers. Passons maintenant à ce qui fâche, EA nous propose une bêta avec une seule map (Desert de Sinaï), qui est une map relativement déséquilibrée, point avec un E à la merci de tous les assauts. On aurait également souhaité la présence d’au moins deux maps, dont l’une d’entre elles représentant l’une des grandes parties de la Première Guerre mondiale qu’est la guerre de tranchées.

On se retrouve au final avec une map déséquilibrée, un équilibrage des équipes à revoir, un concept de train qui est somme toute intéressant mais qui est au final complètement surqualifié. On ne parlera pas des bugs, ni des anachronismes (sinon on en aurait pour 2 ou 3 jours). C’est donc une bêta qui au premier abord, semble excellente mais qui en fin de compte se révèle être relativement creuse et mal aboutie. Espérons que tous ces problèmes seront réglés au moment de la sortie du jeu (qui, ont le rappelle est programmée pour le 21 octobre 2016).

Nous terminons sur un coup de gueule: la France et la Russie en DLC ? Manque total de démagogie de la part d’EA, se voulant fidèle dans leur représentation de la Grande Guerre, mais excluant deux acteurs majeurs de ce conflit, à des fins purement commerciales. Nous ne pensons néanmoins pas que cela affectera grandement les ventes, au vu de la hype générée par le jeu, au grand dam de Call of Duty, son concurrent de toujours.

PS4 Pro: Pas de blu-ray 4K, oubli ou stratégie ?

Classé dans : Jeux-Vidéo, Techno | 0

 

 

Ni l’un ni l’autre, c’est une erreur. Commençons par rappeler quelques points importants de la politique de Sony; Le constructeur joue sur la carte de l’innovation pour se démarquer, avec un live gratuit (qui ne l’est plus, une belle arnaque mais là n’est pas le sujet), Sony avec sa PS3 avait mis un point d’orgue sur l’innovation en étant le premier constructeur à proposer une console équipée d’un lecteur blu-ray, d’ailleurs le constructeur japonais jouait là-dessus pour se démarquer. Mais tout à coup, rupture. Sony ne s’est donc pas démarqué et a laissé Microsoft passer devant avec sa Xbox One S équipée d’un lecteur blu-ray 4K (certes les deux consoles ne sont pas comparables mais Sony s’est laissé devancer par la firme de Redmond en matière de fonctionnalité multimédia), peut-être que l’absence de lecteur blu-ray 4K est la traduction d’un manque d’apports financiers de la part de Sony dans la conception de la PS4 Pro, malgré la présence de la grande filiale spécialisée dans l’audiovisuel qu’est Sony Pictures.

 

Sony à confié que c’était un choix stratégique de leur part et qu’il  désire mettre au premier plan les plates-formes de streaming 4K comme Netflix et la dématérialisation des jeux (Et oui ! encore une belle arnaque, vous allez devoir racheter vos jeux pour y jouer en 4K, et cela quasiment tout le temps en upscale) mais pour pouvoir profiter pleinement de la 4K et de la dématérialisation des jeux il vous faudra au minimum 25 Mbit/s (pour pouvoir télécharger à une vitesse convenable) or, 80 % des foyers français et européens ont un débit inférieur à cela, la stratégie du géant japonais n’est donc pas payante.

 

Crédit photo: www.playstation.com ©Sony Interactive Entertainment

Pokémon GO: Journal de bord d’un kamikaze

Classé dans : Jeux-Vidéo | 0

-> Résumé personnel en fin d’article pour ceux qui dorment au fond de la classe

Extraits d’un journal de bord, retrouvé dans les décombres du terrible champ de bataille des jeux mobiles, par les archéologues de RedHornet:

2015

  • 10 Septembre: Jour de notre investiture par le Colonel Niantic sous les ordres de Pokémon Company. Partout, on nous annonce comme les sauveurs, pouvant mettre fin à la grande guerre des applications faisant rage depuis Doodle Jump. La formation commence.

lt-_surge_anime

2016

  • 4 Mars: Fin de la formation, le programme bêta est lancé. Pour l’occasion nous recevons la visite de plusieurs généraux venus constater notre progression. Tous semblaient satisfaits, la révolution était en marche.
  • 30 Juin: Les premières convocations pour les États-Unis et l’Australie tombent. Le programme touche à sa fin, plus que quelque jours avant le déploiement. Les populations deviennent impatientes.
  • 6 Juillet: Jour J. Du moins pour 3 pays. Mais l’état major, perdu sans l’appui du ministère Nintendo, n’avait pas anticipé les masses de partisans voulant rejoindre le régiment Pokémon GO. La surpopulation est fulgurante, les serveurs sont quasi-inaccessibles.
  • 16 Juillet: L’opération est maintenant établie dans tous les grands pays d’Europe de l’Ouest. Excepté la France. L’État major communiqua à ce sujet: « Non mais rendez vous compte ! CANARTICHO ! Il l’ont traduit Canarticho ! C’est un poireau bordel ! Pour la peine on va les laisser encore un peu seuls avec les rebuts de Clash of Clans et Candy Crush ça leur apprendra. » Toujours aucune amélioration au niveau des serveurs, mais la presse, et par conséquent le plublic, continue de nous acclamer.
  • 24 Juillet: Alors que toute la population Française à déjà accès au jeu, Niantic décide de nous y envoyer. Au même moment des joueurs mettent en place des système permettant d’améliorer le jeu qui est alors en manque de certaines fonctions (tracking fonctionnel, comparaisons d’IV, stats…)
  • 30 Juillet: L’État major découvre avec horreur que certains joueurs commencent à s’amuser grâce à des outils faits par la communauté. Un ordre de censure communiqué est alors ordonné: Tout tracking réalisé à l’aide d’élément extérieur au jeu est désormais interdit d’utilisation. Pokévision, représentant du peuple, est alors condamné à mort.
  • Aout: Pokévision n’était que le premier d’une longue liste, la nouvelle cible de Niantic: Les aides à la gestion (IV, Stats…) Pokéadvisor remis sa démission, mais on savait tous que ce n’était pas de bon coeur. Mais voyant que les alternatives se multipliaient, Niantic changea de tactique; les joueurs fichés comme utilisateurs de services externes se voient a présent bannis. « Si l’on ne peut pas interdire les armes, alors interdisons le peuple ! » Du génie les mecs. De l’énorme génie.
  • 13 Septembre: La dernière tentative pour sauver Pokémon GO est lancée. Une nouvelle version permettant de récolter des bonbons en ayant un « compagnon » est ajoutée. Mais c’était déjà trop tard, les chiffres continuent encore leur chute, de même pour l’image que les joueurs gardent du Leader suprême Développeur Niantic et de son partenaire de crime, Pokémon Company.

Bon, je pense que la métaphore parle d’elle même: Je n’approuve pas du tout les décisions prises par les résponsable du jeu. Elles sont spontanées, et surtout frustratoires vis à vis des joueurs. Détruire le travail mis en oeuvre par des joueurs pour combler le vide laissé par des fonctionnalités baclées ? Belle politique. Au final, on peut aisément en venir à la conclusion que Pokémon GO s’est détruit lui même.

Mais même si je dois avouer trouver une certaine satisfaction à tirer sur l’ambulance, tout n’est pas négatif dans cette expérience que fut Pokémon GO. Bien au contraire !

Pokémon GO nous à montré que la plateforme mobile n’est pas un format poubelle. (On s’en doutait, mais les exemples courent pas les rues) Et avec un nouveau record en terme de téléchargements, le jeu à su s’imposer des les premiers jours grace à une campagne de communication bien organisée et une licence connue mondialement. Et mis à part le coté technique, Pokémon GO fut aussi une expérience humaine, de par ses évènement organisés partout dans le monde, ou bien son entraide spontanée entre joueurs passants.

Comme quoi vous voyez qu’on est pas que des haineux chez RedHornet

cmouobfwiaaw87h

EA offre tous les DLC de Battlefield 4, une tentative de sauvetage ?

Classé dans : Jeux-Vidéo | 0

bf4
Après le grand succès du bêta de Battlefield 1, Electronic Arts tente de rameuter les troupes sur le front de BF4 avec une grande offre, tous les DLC sont gratuits ces derniers sont China Rising, Second Assaut, Naval Strike, Dragon’s Teeth et Final Stand pour un total de 75 euros d’économie.

Mais où est l’arnaque ? A priori il n’y en a pas, à part celle de donner une seconde vie à BF4 après 3 ans d’existante ce qui ne sert très clairement à rien car ça tombe se creuse peu à peu plus la date de sortie de BF1 se rapproche. Et oui, son sort est quasiment scellé, la fin de son histoire se trace tout droit dans celle de BF3, BF3 avait été abandonné par les joueurs à la sortie de BF4, il en sera très certainement de même pour BF4 à la sortie de BF1.

Découverte – L’urbex

Classé dans : Hors-Sujet | 0

Urban Exploration, ou « Urbex » est un concept qui consiste à explorer des constructions abandonnées (Sans objectif néfaste pour les lieux)

  • Mais qu’entends-je ? Un article qui ne parle ni de Jeux-vidéo, ni de technologie ou même de cinéma sur RedHornet ? Auraient-ils une vie sociale ?!

On va vous rassurer tout de suite: pas plus qu’avant ! Cependant il nous arrive parfois de nous aventurer dehors, pour acheter des chips, ou aller au McDo par exemple. Et un de ces jours en revenant de notre sortie mensuelle, un bâtiment colossal attira notre attention. Après quelques recherches, il s’avéra que ce bâtiment était une ancienne usine de plus de 25 mètres de haut, dont la déconstruction était imminente.

vannes-la-deconstruction-de-lusine-guyomarch-debute(Crédit photo: Ouest-France)

Après avoir réuni des partenaires de crime et obtenu du matériel, nous sommes donc allé, quelque temps plus tard, explorer la bête. Les images parlent d’elles mêmes.

 

L’urbex n’est en revanche pas à prendre à la légère. Même si cela peut paraître sans danger à premier abord, n’oubliez pas de vous renseigner sur les conditions et l’état du site. Les murs de l’usine étant composés d’amiante, nous avions du nous munir de masques afin d’encourir le moins de risques possibles. Mais il y avait cependant un risque que nous avions « oublié » de prévoir …

14231955_643391235824419_4842097756046459937_o

#LiberezSurv

Merci à PL, Sniker, et à la Police Nationale (Tout de même)

1 2 3